samedi 9 avril 2016

Tweet : Beets

beets (beets.io) est un programme en ligne de commande multi-plateforme codé en Python qui est utile pour gérer sa collection musicale par le biais d'un seul et même outils.

Cet outils peut améliorer les metadata de votre collection musicale en utilisant MusicBrainz, télécharger les pochettes d'album, réorganiser votre musique, renommer les fichiers, etc...

tweet090420160024_beets.png

samedi 16 janvier 2016

Tweet : piCorePlayer v2.00

piCorePlayer est la distribution embarquée dans mon RaspDAC qui me permet de le contrôler via le Logitech Media Server embarqué dans mon NAS Synology.

tweet160120161151_picoreplayer.png

Lien vers la page du projet : https://sites.google.com/site/picoreplayer/

dimanche 23 novembre 2014

abcde : ripper vos CD en ligne de commande

abcde (ou "A Better CD Encoder") est un puissant outil en console qui permet de ripper ses CD dans de multiples formats audio (Ogg/Vorbis, MP3, FLAC, Ogg/Speex et/ou MPP/MP+(Musepack)).

Installation

L'installation du paquet abcde sur CentOS/Fedora/RHEL se fait ainsi : yum install abcde

Vous pouvez installer des paquets complémentaires afin de gérer plusieurs options :

  • pour la gestion des tags ID3 : yum install id3lib id3v2
  • pour la conversion en format Ogg/Vorbis : yum install vorbis-tools libvorbis
  • pour la conversion en format FLAC : yum install flac flac-libs
  • pour la conversion en format MPEG Audio Layer III (MP3) : yum install lame
  • pour l'extraction en format WAV, AIFF ou en données brutes des pistes audio : yum install cdparanoia
  • pour l'interrogation des bases de données CDDB (Compact Disc Database) sur Internet : yum install cd-discid
  • pour la gestion des CD enregistré en format Disc-At-Once : yum install cdrdao

Configuration

La configuration de abcde se fait par le biais du fichier de configuration .abcde.conf qui doit se trouver dans votre répertoire $HOME. abcde regarde les 2 fichiers suivant au démarrage :d'abord ~/.abcde.conf et puis, s'il n'existe pas, /etc/abcde.conf.Le fichier de configuration abcde.conf est complètement commenté ce qui rend la configuration plus facile. Néanmoins, il vaut mieux en faire une copie dans son répertoire Home pour le personnaliser.

Copie du fichier abcde.conf cp /etc/abcde.conf ~/.abcde.conf

Edition du fichier abcde personnalisé nano ~/.abcde.conf

Voyons quelques options de base à renseigner :

  • Spécifier les programmes d'encodage utilisé :
    • Pour Ogg Vorbis : OGGENCODERSYNTAX=default.
    • Pour MP3 : MP3ENCODERSYNTAX=default.
    • Pour FLAC : FLACENCODERSYNTAX=default.

L'option default signifie qu'il reconnait par défauts les encodeurs suivants : oggenc, lame, flac, speexenc et mppenc.

  • Le chemin des programmes d'encodage utilisé :
    • Pour Ogg Vorbis : OGGENC=oggenc.
    • Pour MP3 : LAME=lame.
    • Pour FLAC : FLAC=flac.

Ce sont les chemins par défaut.

  • Le paramétrage des programmes d'encodage et notamment de la qualité de compression :
    • Pour Ogg Vorbis : OGGENCOPTS='-q 3' ==> encodage en qualité Q3 soit à 112kbps (voir le man de oggenc).
    • Pour MP3 : LAMEOPTS='--preset standard' ==> encodage en qualité V2 soit à 256kbps (voir le man de lame).
    • Pour FLAC : FLACOPTS='- -verify - -best' ==> encodage en haute qualité (voir le man de flac).
  • Les options de sortie :
    • Pour encoder dans les 3 formats (OGG, MP3 et FLAC) : OUTPUTTYPE="ogg,mp3,flac" sinon il suffit de mettre juste le(s) format(s) voulu(s).
    • Le répertoire de sortie des fichiers audio convertie : OUTPUTDIR="$HOME/Musique".
    • Permet de définir l'ordre des actions à exécuter : ACTIONS=cddb,playlist,read,encode,tag,move,clean. Dans ce cas, d'abord, interrogation de la CDDB pour récupérer les titres, création des playlist, lecture (extraction) des pistes, encodage/conversion des pistes en OUTPUTTYPE, taggage des fichiers créés, déplacement dans le répertoire OUTPUTDIR, nettoyage des fichiers temporaires.
      Les options sont aux choix : cddb,cue,read,normalize,encode,tag,move,playlist,clean,default avec default qui équivaut à cddb,read,encode,tag,move,clean.
    • Définitions des formats de sorties avec les variables OUTPUT, GENRE, ALBUMFILE, ARTISTFILE, TRACKFILE, and TRACKNUM :
      • pour un CD d'un artiste : OUTPUTFORMAT='${ARTISTFILE}/${ALBUMFILE}/${TRACKNUM} - ${TRACKFILE}' par exemple : Metallica/The Black Album/01 - Enter Sandman.ogg.
      • pour un CD multi-artistes : VAOUTPUTFORMAT='Various Artists/${ALBUMFILE}/${TRACKNUM} - ${ARTISTFILE} - ${TRACKFILE}' par example : Various artists/Goin' Home A Tribute to Fats Domino/01 - John Lennon - Aint That a Shame.ogg.
      • pour un CD multi-artistes contenant 1 seule piste : ONETRACKOUTPUTFORMAT='${OUTPUT}/${ARTISTFILE}-${ALBUMFILE}/${ALBUMFILE}'
      • pour un CD d'un artiste contenant 1 seule piste : VAONETRACKOUTPUTFORMAT='${OUTPUT}/Various-${ALBUMFILE}/${ALBUMFILE}'
    • Ejection du CD à la fin du rippage : EJECTCD=y
  • On peut aussi créer des fonctions qui seront appliquer avant, pendant ou après le rippage ou l'encodage. Je vous conseille celle-ci qui permet de renommer les noms de fichier en échangeant les '_' (underscore) par des ' ' (espace) :
bash
mungefilename ()
{
echo "$@" | sed s,:,-,g | tr / _ | tr -d \'"\?\[:cntrl:\]
}

Utilisation d'abcde

Pour utiliser abcde avec le fichier de configuation par défaut, lancer la commande : abcde

sinon, pour l'utiliser avec un autre fichier de configuration abcde -c .abcde_mp3.conf

Mes fichiers de configurations

Je vous met à disposition mes 2 fichiers de configurations :

  • le fichier (abcde.conf) par défaut qui extrait/encode un CD en OGG en Q9 (320 kbps)
  • un fichier pour extraire en FLAC et en OGG un album abcde_flac.conf

Pour en savoir plus :

mercredi 3 septembre 2014

MediaGoblin : une plateforme web pour publier ses médias

GNU MediaGoblin est une plateforme web libre pour partager ses photos, ses vidéos et d'autres médias sur le net. Il est une alternative à Flickr, Youtube, Sounclound, Instagram, Pinterest, ... et permet donc de décentraliser ses données et de les héberger sur son propre serveur. Actuellement, MediaGoblin supporte 6 types de média : vidéo (tout ce que Gstreamer good/bad/ugly peut lire), audio (tout ce que Gstreamer good/bad/ugly peut lire), image (png/gif/jpg/tiff et RAW), ascii art, STL et modèle 3D, PDF et documents lisibles par LibreOffice (doc/ppt/xls/odf/odg/odp ...).

MediaGoblin est écrit en Python et utilise SQLite ou PostgreSQL. Il est bien sûr extensible via des plugins et des thèmes.

Pour en savoir plus :

dimanche 30 mars 2014

Structure de répertoire Linux

Sous *Nux, l'arborescence des principaux répertoires et leur contenus sont normés suivant la Filesystem Hierarchy Standard pour une meilleure compréhension de tous. Donc voici en image sa structure :

Pour en savoir plus :

dimanche 20 janvier 2013

Installer ownCloud 4.5 sur un hébergement mutualisé 1and1

Qu'est-ce qu'ownCloud ?

ownCloud est une application Web permettant, de manière non exhaustive, d’éditer calendriers, contacts, synchroniser ses fichiers et marque‐pages, visionner, partager et chiffrer ses documents, écouter sa musique en ligne… En plus de proposer tout cela via une interface Web, ownCloud implémente des connecteurs CardDAV (contacts), CalDAV (calendriers), WebDAV (fichiers) et Ampache (listes de lectures), en plus d’un client de synchronisation multi‐plate‐forme (GNU/Linux, Windows, Mac OS X et Android), pour avoir une fonctionnalité équivalente à SparkleShare (ou Dropbox).

(source : Sortie d’ownCloud 4.5.0 - LinuxFr.org)

Accès SSH

Si ce n'est pas déjà fait, il vous faut d'abord configurer votre accès SSH à votre espace web. Pour cela rendez-vous dans votre espace client 1and1 et à la rubrique Domaine & Espace Web. Domaine et espace web 1and1 Sélectionnez l'item Accès SSH (Secure Shell) et notez y le Nom d'hôte, l'identifiant et le mot de passe (par défaut, c'est le mot de passe de l'accès FTP).

Sous votre système préféré, ouvrez une Terminal et tapez la commande pour se connecter en SSH :

ssh identifiant@nom_d_hote

En guise de réponse, on vous demandera de saisir le mot de passe.

Si tout c'est bien passé, vous devriez arriver sur votre espace web avec une invite de commande similaire à :

(uiserver):identifiant:~ >

Installation d'ownCloud

Téléchargez l’archive la plus récente d'ownCloud (disponible à l'adresse suivante http://owncloud.org/support/install/) et décompressez la dans le répertoire owncloud avec les commandes suivantes :

wget http://mirrors.owncloud.org/releases/owncloud-4.5.5.tar.bz2
tar -xvf owncloud-4.5.5.tar.bz2

Dans les prérequis, ownCloud demande php5 (>= 5.3). Or, par défaut, la version de PHP de ces hébergements est php 5.2. Il est possible de modifier ce paramètre en se rendant l'item Version globale de PHP (dans la rubrique Domaine & Espace Web) puis de basculer sur la version 5.4 de PHP.

Si cela n'est pas possible, il y a une astuce pour que ownCloud fonctionne tout de même. Il faut pour cela éditer le fichier .htaccess à la base du répertoire de ownCloud et y ajouter 2 lignes qui vont forcer l'utilisation d'une version de PHP supérieure.

Pour ce faire, dans le répertoire onwCloud, tapez les commande suivante :
vi .htaccess

Un fichier .htaccess déjà rempli s'affiche. Pour rajouter les 2 lignes en question, passer en mode Insertion (taper sur la touche i et vous verrez apparaitre en bas de la fenêtre - - INSERT - -). Insérer les 2 lignes suivante :
AddType x-mapp-php6 .php
AddHandler x-mapp-php6 .php

Enregistrer le fichier et fermer le en passant en mode commande (appuyez sur la touche Echap ou ESC) puis taper :wq.

Lancer l'installation de votre instance d'ownCloud dans votre navigateur à l'adresse http://domaine/owncloud (par exemple).

À la fin de l’installation, au moment de vous connecter, vous pouvez avoir droit à un message d’erreur PHP. Cela vient du fait que pendant l’installation notre fichier .htaccess préalablement créé pour forcer la version 5.3 de PHP a été écrasé. Vous devez donc de nouveau ajouter dans le fichier .htaccess les 2 lignes magiques (cf. ci-dessus). Sauvegardez, rechargez la page dans votre navigateur, et vous voilà face à l’interface d’ownCloud fonctionnelle.

Vous pouvez télécharger le client de synchronisation pour onwCloud à l'adresse suivante http://owncloud.org/sync-clients/.

Paramétrage d'ownCloud (facultatif)

Taille d'upload des fichiers

Pour pouvoir uploader des fichiers d’une taille supérieure à 8mo, créez un fichier php.ini à la racine du dossier ownCloud contenant les 2 lignes suivantes (les chiffres sont à ajuster à votre convenance) : upload_max_filesize = 100M
post_max_size = 100M

Cron

ownCloud utilise une tâche Cron afin de traiter des tâches en arrière plan. Par défaut, ownCloud est configurer sur AJAX (panneau Administration, rubrique Cron), c'est à dire qu'à chaque chargement d'une page, il exécute une tâche. Or cela peut détériorer la fluidité de l'interface.

Avec 1and1, il y a la possibilité de programmer des tâches Cron dans le système. Pour cela, dans votre instance SSH, tapez la commande suivante : crontab -e.

Pour cela, il faut créer une tâche Cron qui s'exécute toutes les minutes. Suivant le mode que vous voulez utiliser, tapez la commande suivante :

  • Mode Webcron : */1 * * * * /usr/bin/wget -q output-document=/dev/null timeout=600 "http://cloud.mathdabomb.fr/cron.php"
  • Mode Cron : */1 * * * * php6 -q /chemin_entier_de_votre_espace/owncloud/cron.php

Pour en savoir plus :

samedi 29 septembre 2012

Qu'est ce que le logiciel libre ? - conférence par RMS

Voici une vidéo de la conférence "Qu’est ce que le logiciel libre ?" de Richard Stallman, fondateur du mouvement du logiciel libre, qui s'est passé à l'IEP de Lille le 23/02/2011. Elle vous permettra de comprendre cette notion de logiciel libre dont vous trouverez la définition sur le site de la Free Software Foundation (FSF).

Pour en savoir plus :

samedi 12 mars 2011

Installation de Chromium sous Fedora

Mais kezako ?

Chromium est le projet de navigateur Web libre sur lequel est basé Google Chrome. Chromium est identique à Google Chrome hormis un logo différent et quelques fonctionnalités en moins ou en développement. Chromium est en majeure partie sous license BSD (de nombreuses parties du programme sont sous d'autres licences libres) et compatible Linux, Mac OS X et Windows alors que Google Chrome est distribué sous une licence propriétaire. (source : Wikipedia)

Installation sous Fedora

Chromium n'étant pas dans les dépôts officiel de Fedora (les raisons sont ici dans l'article "Chromium: Why it isn't in Fedora yet as a proper package" de Tom 'spot' Callaway, le manager du l'équipe de Fedora Engineering), il faut ajouter le dépôt spécifique http://repos.fedorapeople.org/repos/spot/chromium/ qui contient les packages pour F12 à F15.

Pour utiliser ce dépôt, il faut télécharger ou recopier son fichier de configuration fedora-chromium.repo dans /etc/yum.repos.d en tant qu'utilisateur root.

Pour le télécharger directement, ouvrez un terminal et tapez les commandes suivantes :
su -
cd /etc/yum.repos.d
wget http://repos.fedorapeople.org/repos/spot/chromium/fedora-chromium.repo

Ensuite pour installer Chromium, utiliser PackageKit ou tapez la commande suivante en tant qu'utilisateur root :
yum install chromium

En savoir plus :

vendredi 22 octobre 2010

Qu’est-ce que le projet Arduino ?

Voici des ressources glanées sur le web que je vous ai répertorié dans ce billet :

Qu’est ce que Arduino ?

Arduino est un projet électronique open source de prototypage basé sur une plateforme flexible, autant du coté matériel (cc by-sa) que logiciel (GPL). Il est principalement destiné aux artistes, designers, amateurs, et tous ceux qui s’intéresse à la création d’objets et d’environnements interactifs.

Ressources

Sites internet :

Sites d'achats :

Documentations et tutoriels :

Livres et ebooks :

samedi 24 avril 2010

Jabber : Ouverture de la plateforme Jappix.com

Je reprends une news de Vanaryon sur le lancement de la plateforme Jappix.com, "service officiel du projet. Vous allez enfin pouvoir utiliser simplement un web-client Jabber complet et ergonomique, dépourvu de Flash ou encore Java ! Tout ce qui compose Jappix est respectueux des standards du W3C." (source : http://www.vanaryon.eu/2010/04/jappix-le-service-officiel-est-lance/)

Après essai, l'interface du site est sympa et coloré, accessible en version classique ou sécurisée (https). On peut bien sûr avoir accès à n'importe quel serveur jabber (l'avantage du protocole).

C'est un projet qui a de l'avenir, n'hésitez pas à aller y faire un tour. Et pourquoi pas créé votre adresse jabber !

C'est quoi Jabber ?

"Jabber (aussi connu sous le nom de XMPP « Extensible Messaging and Presence Protocol ») est un ensemble de protocole standard ouvert pour créer un réseau libre de messagerie instantanée (ou IM pour « Instant Messaging »). Le réseau pour “chater” libre. Ainsi, en lieu et place d'une messagerie propriétaire et centralisée faussement gratuite (pub), vous pouvez utiliser des services gratuits et libres ! Sans publicité, sans machine marketing… sans lourdeur… et dont les qualités de s'arrêtent pas là !

Nous vous encourageons donc à ouvrir un compte jabber (XMPP) pour les discutions de personne à personne. Faire du libre avec du libre, c'est mieux. Et chose très pratique, on centralise tous ses correspondants sur les divers réseaux de messageries instantanées, dans une seule application ! Par exemple Pidgin ou Empathy, déjà installé sur de nombreuses distributions. Mais les clients sont nombreux !

En pratique, on ouvre un compte en trois clics dans le client, sans les questions stupides et personnelles de certains IM propriétaires, faussement « gratuits »…

Vous pouvez créer un compte, remplir votre carte de visite (vCard), vous connecter plusieurs fois, rejoindre une salle de discussion de votre choix (MUC), découvrir les services, utiliser les passerelles, transférer des fichiers… Jabber donne également la possibilité, avec un seul client, de se connecter à MSN, AIM, Yahoo ou ICQ en même temps via le système de passerelles." (source : association laila)

Pour en savoir plus :

samedi 20 juin 2009

Pourquoi avoir choisit le logiciel libre ?

Voici un petit billet sur mon choix d'utiliser des logiciels libres et de le promouvoir autour de moi.

Qu'est-ce qu'un logiciel libre?

La FSF (Free Software Foundation) insiste sur le fait que « libre » ne doit pas être compris comme « gratuit ». Cette confusion est particulièrement possible en anglais, où « libre » et « gratuit » se traduisent par « free », et « logiciel libre » s'écrit « free software ». Pour lever cette confusion, la phrase « Free as in “free speech”, not as in “free beer” » (« Libre comme dans liberté d'expression, pas comme dans bière gratuite ») est souvent répétée par les promoteurs des logiciels libres.

L'expression « Logiciel libre » fait donc référence à la liberté pour les utilisateurs d'exécuter, de copier, de distribuer, d'étudier, de modifier et d'améliorer le logiciel.

Les logiciels libres comportent 4 libertés fondamentales :

  • La liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages (liberté 0) : vous pouvez utiliser un logiciel sans aucunes restrictions (temporelle, géographique, domaines d'application, …) autres que légales,
  • La liberté d'étudier le fonctionnement du programme, et de l'adapter à vos besoins (liberté 1) Pour cela l'accès au code source est une condition requise : vous avez le droit de savoir comment fonctionne votre logiciel et ce qu'il fait réellement, notamment de vos données,
  • La liberté de redistribuer des copies, donc d'aider votre voisin, (liberté 2) : si vous avez acquis légalement votre logiciel, vous pouvez le redistribuer à votre guise, cella inclus aussi la liberté de vendre des copies,
  • La liberté d'améliorer le programme et de publier vos améliorations, pour en faire profiter toute la communauté (liberté 3) Pour cela l'accès au code source est une condition requise : vous avez le droit de modifier le logiciel pour l'améliorer ou l'adapter à vos usages.

La prise de conscience

Même lorsque j'étais sous Window$, j'ai utilisé des logiciels comme Firefox, PDF Creator ou VLC, je consultais régulièrement les pages de Framasoft, je suivais l'actualité de Linux. Mais il y a de cela 5 ans, des amis utilisant Linux m'ont montrer ces possibilités, j'en étais arrivé à un point où Window$ n'avais plus de secrets pour moi, je m'ennuyais sur cette plateforme, et donc j'ai basculé.

Avant de choisir, j'ai essayé plusieurs distributions, parcouru plusieurs sites des communautés, lu plusieurs comparatifs. Fedora était le meilleur compromis pour moi, simple d'utilisation, complète et performante et en même temps on apprend car des fois il faut mettre les mains dans le système.

Pourquoi avoir choisit le logiciel libre ?

Voici les différentes raisons pour lesquelles j'ai choisit de basculer vers le côté lumineux de la Force :

  • La philosophie : le partage du savoir, telle est la philosophie
  • La communauté : vous avez une question, un problème, ... Ils sont tous là, à n'importe quelle heure et par n'importe quel moyen, pour vous aider.
  • Le modèle de développement : la collaboration permet à chacun d'apporter sa pierre à l'édifice suivant son niveau (programmeurs, traducteurs, rédacteurs; ...)
  • La sécurité : pas de virus; en cas de problème un patch est rapidement sorti (des fois dans l'heure qui suit); en choisissant des formats de fichiers disponibles librement, il y a une pérennité des données.
  • L'indépendance : grâce au logiciel libre, on n'est plus soumis aux choix stratégiques, au caprice ou à la santé financière d'un éditeur monopolistique
  • Le choix : on peut choisir sa distribution (parmi les 500 qui existent) suivant ses affinités et ses compétences; si on n'est pas content d'un logiciel, on peut le forké/cloné librement ou apporté soit même des modifications
  • Le cout : le rapport qualité/prix des logiciels libres est imbattable car reposant sur un libre marché et non sur marché capitalistique/actionnarial

Ressources sur le logiciel libre

Organisations :

Annuaires de logiciels libres :

Autres ressources libres :

Musique :

Annuaire :

Images :

  • Freemages, banque de photos gratuites et Libres à télécharger, images gratuites sous Licence Art Libre : http://www.freemages.fr/

Livres :

Pour en savoir plus :

Propulsé par Dotclear

Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont publiés selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.
Licence Creative Commons I love Free Software!